"Je n’étais pas pour les autres celui que j’avais cru jusqu’à présent être pour moi."

L’identité individuelle est une chose bien fragile. C'est la douloureuse expérience que fait le héros du roman de Pirandello, Vitangelo Moscarda, quand un matin, alors qu'il se regarde dans la glace, sa femme Dida lui fait remarquer que son nez penche légèrement à droite, un détail qui lui avait échappé et qui va le plonger dans une crise narcissique et psychique profonde.

Un personne cent mille est à lire aux éditions Gallimard dans la collection L'Imaginaire.

Lectrice: Stéphanie Solinas.